"Dans la toile, respirer quand même"

(Par-avant 39, Encres délibérées)

      Il avait réussi à descendre au plus profond du puits.

      Lentement, il avait progressé, mètre après mètre, en suivant des escarpements intimes, à l’odeur âcre et peureuse, par moments. Sa main émue effleurait le mur, suivait le liquide du bout des doigts. Au gré de la roche, il le sentait pénétrer sous ses ongles.

       Il guettait son éclosion à la lumière, quand celle-ci viendrait.

 

       Que se passerait-il, s’il perdait le fil ?

 

       Il buvait régulièrement de l’encre. Pour devenir, pleinement, un corps de lettres.

© 2018  Béatrice Huaulmé

  • Instagram