Trame de fond

Photo : Belle Ile , B. Huaulmé

Rester là, perdre corps. 

              Se livrer.

 

              Il attend. Il ne veut rien entendre que ce grand escogriffe d’arbre, tout poilu, en face de sa fenêtre. Il regarde le ciel bleu, blanc, selon la demi-heure. Il n’arrive pas à se décider. Et des nuages en forme d’hommes qui nagent, de vagues silhouettes passent sans vouloir déranger. Il ne veut rien entendre que cet arbre, qu’il regarde obstinément. De temps en temps, une tourterelle ou un corbeau vient s’accrocher à la cime, défaillante. Et  puis  il 

 

                                                                  rentre 

                                                    dans

                                  son

 

     rêve

 

              C’est si voluptueux de sentir qu’on oublie son corps en le sentant pourtant bien là, languide. Parfois l’ankylose le surprend. Il s’éveille. Il est dans les livres. 

            Le ciel

                             mes livres 

                                                            les livres 

                                                                                        mon ciel

 

                                                                                       murmure-t-il

 

 

            Tout est immense et bleu. Il y a de la magie, dans cet assoupissement irréel. Il entre parfois dans la fabrique, le mystère caverneux du livre. Il  capte en écho ses inframots, comme on capte des infrasons. Le texte ne se méfie pas, et il l’entend à son insu, tâtonner vers son devenir. Certaines ombres de ces avant-mots se déposent ici et là sur l’espace sableux de sa mémoire. Elles s’assombrissent dans un dernier murmure, deviennent denses, prennent corps, sédimentent bientôt n’importe comment, là au fond. 

 

            Un magma nouveau affleure, lignes tissées fin, aux accents réfractaires à tout changement irréfléchi. C’est là, au creux de l’île, dont l’ancrage en lui est indélébile, là que s’imprègne le tout premier texte. Ecrire, c’est descendre le chercher parmi les ombres, le réinventer, le réinviter au monde, tout droit remonté du néant fossile. Quand  il  

                                                                                                         sera

                                                                             éveillé 

                        

                                                        totalement 

                                                                          il aura

 

                                                           tout 

 

            oublié

 

 

 

 

Île.

                 Il attend la vague du désir d’écrire. Comme à la mer. Parfois, il la prend mal, pleine face, et il a un goût amer qui déchire la gorge. Silence rêche. C’est comme le désir des corps. On  veut jouir, on croit que oui, oui, ça vient et on a mal pris la vague. Rien. 

© 2018  Béatrice Huaulmé

  • Instagram