Pièce 5

Eclisses

Ecliscer. Fendre en éclats. Maintenir relié.

A la fin, on regarde fasciné les brillants accrocs qui barbèlent la surface, sans mesurer la violence ni la douleur qu’ils infligent à la matière. Les courbes et détournés gracieux font oublier la torture du corps, les mots lisses typographiés au carré, aux approches comptées indéfiniment reproduites, ne font plus sentir l’effroi et la morsure de l’encre qui court plus ou moins vite sur la page.

Malmenés, biffés, rayés et même effacés, ou rendus muets, illisibles par la main même qui les a formés, à jamais irrattrapés, irrattrapables quand l’encre rageuse les a recouverts. Ils sont toujours là.

Les mots trous, les mots crus qui absorbent et qu’on a peine à faire surgir parce qu’ils font peur.

Les premières éclisses sont violentes comme des empreintes déchiquetées.

© 2018  Béatrice Huaulmé

  • Instagram